Le Grand Livre de la Maison Miniature (Éd. Fleurus) is now available in English version :
The Big Book of a Miniature House (GMC Publications
)

Mini-présentation

L’histoire des maisons miniatures, longue de quatre siècles, s’étend à tous les objets du quotidien et techniques. Apparues en Allemagne, elles ont vite gagné l’Angleterre et l’Amérique en passant par la Hollande, qui s’en sont entiché.
Il y en a pour tous les goûts et tous les âges.

Passionnée de décoration dès l’adolescence, avec des parents très bricoleurs, je n’ai cessé de créer, d'abord des poupées en chiffons, puis des éléments de décoration divers… des toiles sur le thème de la nature.
Plus tard, je me suis mise à rêver et à concrétiser mes maisons idéales, en découvrant le monde des miniatures.

Dans une réalisation miniature on bascule vite de l’autre côté du miroir et l’espace réel cède la place à l'imaginaire par le truchement des différences d’échelles ; regarder l’intérieur d’une maison miniature procure un vertige, comme si vous aviez le pouvoir d’y entrer et de vous assoupir sur le moelleux d’un édredon.

Le principe consiste à utiliser des meubles en bois naturel, ou des kits de meubles prédécoupés, ou encore de les fabriquer soi-même, puis à les transformer pour créer l’illusion d’un véritable objet à taille réelle.

Si l'on crée un meuble de toute pièce, on utilisera des planchettes de tilleul ou de balsa, mais il est possible d’avoir recours aux matériaux les plus hétéroclites.
Les volutes d’un balcon en plastique peuvent devenir, d’un coup de cutter, les structures d’un lit en métal Belle-Epoque (lit du vétérinaire).
Et si une bouteille de gaz vient à manquer, on la créera de toute pièce
(chez la fleuriste
).

À condition de penser à son projet, on trouve toutes les solutions, y compris avec les moyens les plus modestes.

Je travaille sur un lopin de territoire, dans un coin de mon salon, entourée de mes chats (mon « Atelier »), sans outillage sophistiqué (… un cutter, une boîte à onglets, une scie à chantourner à main, règle, crayon, pinceaux… rien de compliqué, ni d'encombrant).

Ici, dans mon appartement parisien, comme dans mes maisons miniatures,
j'essaie de créer un univers avec des « bouts de ficelles », des objets récupérés, d'autres chinés en brocante, mais les plus précieux, pour moi, sont ceux qui me viennent de mes grand-mères et de mes parents.

Commentaires