Le Grand Livre de la Maison Miniature (Éd. Fleurus) is now available in English version :
The Big Book of a Miniature House (GMC Publications
)

vendredi 2 septembre 2016

Rentrée des classes 2016


Lorsque j'étais en 4 ème, notre professeur de français nous avait proposé le sujet de dissertation suivant : « Le charme des vacances provient du travail qui les entoure. »
(— Voilà, vous avez quatre heures !) :D


En cette rentrée, je suis (un peu) retournée à l'école (dans mon monde en miniature)…
Je n'ai pas eu la chance de connaître ces charmants pupitres d'écoliers tout en bois, nos tables en mélaminé ne pouvaient pas rivaliser quant à l'esthétique (c'était juste peut-être plus facile de dessiner dessus ^^), les stylos à encre ont fait disparaître les encriers en porcelaine… et l'odeur de la cire a fait place à… rien de particulier… (ou je ne m'en souviens pas…).

Comme je n'avais pas de salle d'école disponible ^^, j'ai fait ma petite mise en scène dans l'une des pièces qui me paraissait la plus « neutre ».
Son sol est normalement en lattes de bois blanchi, mais pour l'atmosphère d'« école à l'ancienne », j'ai fait des tests de sols éphémères, soit en vraies tomettes en terre cuite, soit en faux parquet en papier. ^^





J'espère donc que vous avez tous et toutes passé une très bonne période de vacances (peut-être pas encore terminée, pour certain(e)s) et que vous êtes heureux et heureuses de reprendre le travail, en attendant les… prochaines vacances (patience, c'est pour dans un mois et demi — si j'ai bien compté,  ;)).


La bonne nouvelle, c'est que c'est déjà le week-end… Je vous le souhaite très agréable.
À bientôt. ♥ 

24 commentaires:

  1. Great project. So many fine details - the books, the desk and the floor. I like the map on the wall too! - Keep up the good work - Troy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank you very much, dear Troy! Welcome to my little world! :)

      Supprimer
  2. Ah, que de souvenirs pour moi !
    J'ai connu ce pupitre au début de ma scolarité, puis les pupitres ont évolué,mais toujours avec le dessus en bois.
    Avant les grandes vacances, nous devions les nettoyer puis les cirer. Un réel plaisir pour nous, écolières.
    Hé oui, à cette époque, garçons et filles étaient séparés !
    Bon week-end Léa ! Bises. Joce

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de changements à l'école, comme l'exemple que tu cites, les filles et les garçons séparés, aussi l'abandon de la blouse et des cartables de 10 kg (c'était le poids du mien en rentrant de ma première journée de 6 ème :s).
      Les dessus de tables en bois (maculés d'inscriptions), je les ai vus au collège, mais dépourvus des si charmants encriers, par contre la Directrice du moment imposait que l'on porte toujours une blouse (pour « gommer » les différences et pour que tout le monde se concentre sur les cours et non pas sur les vêtements des voisin(e)s ;)).
      Bises

      Supprimer
  3. Hello
    Moi j'ai connu ça jusqu'au collège! Ma mère était institutrice dans une classe unique à a campagne, 53 élèves, du niveau maternelle sup jusqu'au brevet d'étude!
    J'y suis rentrée à 2 ans (pas de maternelle à la campagne à cette époque)
    Il y avait un poêle à charbon au centre de la classe que les grands devaient alimenter.
    Jusqu'au CM2 , aprés, même en ville, on utilisait la plume pour les devoirs du cahier mensuel. Le ou la meilleure élève était chargé(e) de remplir les encrier en porcelaine et de nettoyer le tableau noir. On recevait des bon points et avec un certain nombre de bons points, on avait droit à une image. Pour Noël, on nous donnait une orange et un paquet de bonbons.
    L'éducation n'était pas la même, leçon de morale pour commencer la journée,puis on sortait les ardoises pour le calcul mental, lecture et dictée, tout ça rien que dans la matinée!Mais en sortant du CP, on savait lire , écrire et compter!
    Rien à voir avec les méthodes d'aujourd'hui!
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. C'est tout un tableau que tu nous décrits, Joëlle, et que de nostalgie dans ces images du passé.
    Nous, on n'avait rien à Noël, mais… on avait Saint-Nicolas qui passait dans les classes vers le 6 décembre :D (avec un grand sac transparent rempli de friandises, on pouvait déjà se régaler des yeux :D).
    La leçon de morale (la petite phrase du jour écrite au tableau, avant notre arrivée, à recopier sur notre cahier), je m'en souviens, elle a perduré un peu, tout comme l'apprentissage intensif de la lecture en CP (oui, on savait tous lire et écrire entre 5 et 6 ans).
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. J'allais dire comme Rosethé, je me rappelle des pupitres doubles en bois cirés au mois de juin, je vois les frises de lettres en haut des murs mais je n'ai aucun souvenir de ce qui recouvrait le sol en 1966, c'était sans doute du lino.
    J'ai vu que tu avais renouvelé aussi l'en-tête du blog, c'est joli avec tous ces petits écoliers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Joc.
      Il me semble que dans mon école communale, c'était du simple carrelage au sol (un genre de « moucheté » jaune des années 50). Comme cette école avait été bombardée pendant la guerre (de 39-45), elle avait été entièrement reconstruite après.

      J'ai un pupitre double en préparation, aussi (pas eu le temps de le finir pour la rentrée :D).

      Supprimer
  6. C'est ravissant et me rappelle des souvenirs. Et oui, j'ai eu un pupitre comme le tien et j'avais un encrier.
    Geneviève

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Geneviève.
      Quand j'en vois en « taille réelle », dans les brocantes, je suis toujours bien tentée d'en ramener un. :D

      Supprimer
  7. oh que les souvenirs affluent, comme Johala j'ai connu ces pupitres, la classe unique et, comme j'ai toujours été maladroite les pâtés d'encre sur mes cahiers..
    merci Léa de nous rappeler cette époque de senteurs, touchers.. bien particulière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure-toi, Claude, quand les stylos-plume coulaient, c'était folklorique aussi… il y en avait partout, y compris (et surtout) sur les doigts. :D

      Supprimer
  8. Nostalgie, quand tu nous tiens... Oui, les bureaux d'écoliers étaient bien ainsi lorsque j'étais petite, et fin juin de chaque année nous devions amener un pot de cire et des chiffons pour les astiquer nous-mêmes avant les grandes vacances...J'ai toujours en mémoire l'odeur de la craie, des cahiers neufs et de l'encre dans les petits encriers, le bruit de la plume ballon et l'angoisse des "patés, ces malheureuses tâches d'encre sur nos feuilles blanches, qui nous privaient de nos "bon points" hebdomadaires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Noëlle, pour ta description.
      En fait, je me souviens que les dessus des tables étaient en bois jusqu'au CM2, et au collège puis au lycée, ça dépendait des classes, mais les pieds étaient en tube en acier et les chaises dissociées.
      Les "bons points", tu les accumulent maintenant avec tes scènes miniatures. ;)

      Supprimer
    2. Tu es trop mignonne, chère Léa! Je suis de la génération d'écoliers et d'écolières âgées de 5 ans en 1950... Uniformes, pélerines en tissu rapeux qui nous grattaient dans le cou et pesaient des tonnes lorsque la pluie nous surprenait sur le chemin de l'école, tabliers en satinette noire...

      Supprimer
  9. Hello Lea!
    Like you I can easily recall the melamine desktops in elementary school which still had the hole in the top for inkwells (no longer used) but also a long grove across the top of the desk to keep our pencils from rolling down into our laps.
    As illustrated in your photos, we also had cashier notebooks in which we practiced our penmanship- everyday!
    The map was one that the teacher could roll up or down and was positioned at the front of the classroom over the wall to wall blackboard. that spanned two full walls.

    It has been a real Treat to see that there were many similarities between our two cultures. Classrooms look very different these days, but seeing your little wooden desk, the map, the school and notebooks, felt like a warm, hazy step backward in time. :D

    elizabeth

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah yes, Elizabeth, it's true, there was also the bin under the table top for storing notebooks (and forget them, there ... ^^).
      The huge maps that hung above the blackboard and which took place during the lesson.
      Indeed, our two cultures have many similarities (perhaps because the "Old Europe" influenced by her time the "New World" ;)).

      Supprimer
  10. L'évocation du remplissage des encriers en porcelaine est un très mauvais souvenir pour moi, car il ne fallait pas faire déborder l'encre, sous peine de tâcher les livres et cahiers rangés dessous...Je n'en dirai pas davantage.
    Mais faire briller le pupitre comme un miroir, et lancer le chiffon de laine pour qu'il glisse d'une extrémité à l'autre, ce qui était le gage d'un bon polissage, quelle douce évocation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Josy, si je me réfère à ce qu'à écrit Joëlle, plus haut, j'en déduis que vous étiez la meilleure élève de votre classe, alors, et ça ne m'étonne pas du tout. :)

      Supprimer
  11. salut Léa


    C'est beau ce que tu as créé.. je suis admirative de ton talent.
    Je me demande souvent comment tu arrives à créer si petit.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, Gis,
      Merci pour ton message.
      Je n'ai pas vraiment de réponse à ta question, mais de manière générale je pense que le fait de créer (en petit ou en grand) ne peut se faire que par passion. :)
      Bises

      Supprimer
  12. mmmmmmmmm l'odeur de la cire et le remplissage des encriers vos créas sont toujours enchanteresse

    RépondreSupprimer

♥ Merci pour votre visite et pour avoir pris le temps de laisser vos impressions. ♥ À très bientôt, Léa

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE - COPYRIGHT INFORMATION


Merci de respecter mon travail. Toute photo figurant sur ce site est la propriété exclusive de son auteur. « Toute reproduction totale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits est illicite. » (article L.122.4) Conformément à l'article 1 de la loi du 11/03/57 :
« L'auteur jouit d'un droit de propriété au seul fait de sa création. »